« Tous les êtres humains
naissent libres et égaux en droits.
Ils sont doués de raison et de conscience
et doivent agir les uns
envers les autres dans
un esprit de fraternité »

(article premier de la Déclaration universelle
des Droits de l’Homme, du 10 décembre 1948)

Pierre Bayenet a choisi d’être d’avocat pour agir aux côtés de celles et ceux dont les droits sont violés.

Il défend ses clients avec passion et talent, principalement dans tous les litiges qui touchent aux droits humains, dits aussi droits de l’homme, droits fondamentaux ou libertés publiques, au niveau national et international. Le cœur de son combat et son arme favorite est la Convention européenne des Droits de l’Homme (CEDH), telle qu’appliquée de manière réaliste et courageuse par la Cour européenne des Droits de l’Homme à Strasbourg.

Pour les questions de violences physiques d’agents de l’Etat (violences policières ou en prison), la Convention des Nations-Unies contre la torture est également d’une très grande utilité. Ensemble ces deux conventions offrent une protection optimale aux victimes de l’Etat, même si les juridictions nationales rechignent à les appliquer.

Pierre Bayenet vous conseillera sur les possibilités de recours auprès d’une instance, juridiction ou commission supranationale. Il préparera avec vous une requête et vous représentera auprès de celle-ci.

Notez que les conditions de recevabilité des requêtes devant les instances supranationales sont strictes: en particulier, les voies de recours nationales doivent en principe être épuisées (cf. p. ex. art. 21 lettre c de la Convention contre la torture et art. 35 CEDH). Pour la Cour européenne des Droits de l’Homme, un délai de moins de six mois doit être écoulé depuis la décision finale prise au niveau national (art. 35 CEDH).